LES PREMIERS CROYANTS

L’apport des pionniers  

L’expansion et la consolidation de la Foi Baha’ie en RDC a d’abord été l’oeuvre des pionniers. Dès 1944, il est établi que M. Rajab – Ali Vahdat, un agronome d’origine Iranienne est le premier baha’i à s’installer au pays en compagnie de sa femme de nationalité belge. Ils se sont  installés dans la cité de Kabongo, puis dans la cité de Kamina dans l’actuel Haut Katanga. 

En 1953, Marthe Molitor, une belge en provenance du Rwanda commença à enseigner la Foi Baha’ie à Kalina (actuel Gombe) à Léopoldville.

Ce contingent des pionniers a été a ouvert des front à travers tous le pays et assurer la propagation de la Foi dans toutes les régions. oubliant leur confort, certains ont sacrifier les meilleures années de leurs vies pour entretenir la flamme de l’unité de la race humaine à une époque les idées dominantes dans la société allaient l’encontre d’une telle logique. 

Grace à ces premiers sacrifices, l’arbre de l’unité fraichement planté dans le pays a reçu de l’eau et des nutriments qui l’ont aidé à croître et à répandre son ombre sur toute l’étendue de la RDC.

Les “Semeurs spirituels”, premiers croyants Baha’is en RDC

Louis Selemani Bin Kimbulu, l'un des premiers Baha'is en RDC
Quelques Baha'is à Idiofa (Bandundu).

C’est en août 1953, la colonie Congo – Belge a connu ses premiers croyants, identifiés sous le vocable « Les Semeurs Spirituels ». L’histoire part, de Louis Selemani Bin Kimbulu et Sébastien Ilunga Ngoy Buanga Tumba, deux fonctionnaires de banque qui vivaient dans l’Est du pays. Ces congolais travaillaient au Burundi voisin, où ils ont reçu, de la part d’un domestique travaillant chez un expatrié occidental, un livre de prières baha’ies qu’ils n’ont pas hésité à assimiler à un grimoire. Le trouvant intéressant, ils ont envoyé un courrier pour plus d’éclaircissements concernant la nature des prières à la Maison d’Editions Baha’ies qui a publié le Livre des Prières.

En réponse à leur correspondance, un baha’i américain qui vivait à Usumbura, actuelle Bujumbura est allé à la rencontre de ces deux chercheurs. Quelques temps après leur rencontre, et après avoir mené la recherche indépendante de la Vérité, ils ont décidé de devenir baha’is. C’est ainsi qu’ils ont commencé à propager le « message nouveau » auprès de leurs autres collègues de la Banque, tous congolais vivant dans l’Est de la RDC.

Très rapidement, ces deux jeunes banquiers ont réussi à trouver des âmes réceptives au Message de Paix enchâssé dans les enseignements baha’is. Ils étaient 19 en tout et ont constitué le noyau appelé « Semeurs Spirituels ». C’est grâce à ces Semeurs spirituels qu’on peut parler de la Communauté Baha’ie en RDC.